Dans cet article, je vous partage l’univers de l’Achillée millefeuille

L’achillée millefeuille (Achillea millefolium) 

C’est une plante que j’affectionne tout particulièrement et que je suis heureuse de partager avec vous aujourd’hui.

Elle s’invite naturellement dans les endroits qui ont été blessés. Son rôle naturel  est de permettre au sol de retrouver son équilibre. Et s’offre alors comme plante cicatrisante autant pour la terre que pour le corps.

Elle diffuse un parfum particulier, doux et intense en même temps. Une invitation à se laisser envouter par ses émanations olfactives et entrer en communion avec elle.

Comment la reconnaitre 

Elle se reconnait facilement et les photos de cet article vous la détaille, autant par ses sommités fleuries que par ses délicates feuilles, que par son odeur.

Bien sûr, si vous désirez partir en cueillette, je vous invite à approfondir votre connaissance de la plante avant cela. La médecine des plantes est puissante et toute expérimentation n’est pas forcément à vivre.

Quels sont les bienfaits de l’achillée millefeuille

Comme précédemment indiqué, cette plante cicatrice le sol, elle vient donc cicatriser ce qui a besoin de l’être en soi.

Son effet agit sur les plans physique – émotionnel – mental – spirituel 

Cela en fait une alliée incontournable lors de travail personnel et accompagne l’intégration des guérisons sur l’ensemble de ses plans

Elle est également l’alliée des femmes (principalement dans son usage externe). En effet, elle a la capacité de réguler l’ensemble du cycle de la femme, en harmonisant tout ce qui touche le flux sanguin et son travail au coeur du cycle féminin. Par contre, elle est déconseillée pour les enfants et les femmes enceintes vu ses effets abortifs.

En usage interne, elle calme les troubles digestifs, soulage les spasmes de l’estomac, des intestins, traite les affections respiratoires et apaise la fièvre

En usage externe, elle arrête le sang, soigne les blessures et inflammations de la peau. La légende dit qu’Achille, sur conseil des centaures, fit soigner ses soldats avec cette herbe.

Les préparations

L’achillée millefeuille est une plante comestible et aussi une plante médicinale reconnue.

En dégustation : les feuilles 

Couper quelques jeunes feuilles, les garder entières ou les ciseler et les ajouter à vos préparations culinaires.

A utiliser comme une herbe aromatique en salade. Si vous appréciez son gout et sa texture (parfois, ses fines feuilles peuvent chatouiller vos gorge, je vous invite donc à la tester avant de vous en servir un plein saladier.

Elle peut également être utilisée en complément d’une omelettes, de galettes ou de bases pour vos quiches ou gratins de légumes

Elle est aussi très décorative et peut joliment agrémenté la présentation de certains plats

En infusion : principalement les sommités fleuries 

Avec des fleurs fraiches ou séchées

La saveur est très prononcée et peut être trop fort pour certains.

Une invitation à laisser parler la sagesse des plantes en la mélangeant à d’autres plantes afin de trouver une harmonie autant dans les goût, que dans les propriétés, que dans l’harmonie visuelle

Remarque : les mélanges sont à effectuer selon vos besoins et aussi vos envies. Vous pouvez explorer de l’associer avec : de la mauve, de la verveine, de la sauge, de la camomille, de la mélisse….

Si vous avez un jardin, rappelez-vous ce que les anciens disaient : va dans le jardin de la personne et tu y trouveras tout ce dont elle a besoin pour retrouver la santé. Je suis ravie aujourd’hui de pouvoir confirmer par l’expérience cette vision des choses. En effet, chaque année je suis amenée à tranquillement rencontrer de nouvelles plantes qui s’invitent sur mon lieu en nature et dans mon jardin. Certaines viennent spontanément, d’autres sont plantées mais celles qui vivent et rayonnement sont effectivement les plus en lien avec ce dont j’ai besoin pour mon usage personnel ou pour mes accompagnements.

Application de compresses  : L’infusion peut être également utilisée en compresse, appliquées directement sur la peau (lorsque la plaie est cicatrisée) pour apaiser les inflammations, aider la cicatrisation et en cas de peaux irritées.

En macérât huileux , principalement les sommités fleuries, avec quelques feuilles

  • Récolter la quantité de fleurs et quelques feuilles donc vous avez besoin pour votre préparation
    La récolte est un moment précieux et très particulier, c’est un espace qui peut vous offrir une réelle communion avec la plante et qui va toucher la part de « l’esprit de la plante ». Découvrez prochainement un article sur cette étape.
    Durant les accompagnements en nature, je vous initie à cette étape clé du processus 
  • Laisser la plante se libérer d’une part de son humidité durant quelques heures (soit dans un panier de séchage (en filet), soit à l’air libre
    Dans l’idéal, la cueillette se fait par temps ensoleillée, une fois que la plante s’est libéré de l’humidité de la nuit et dans la phase croissante de la journée.
    Certains se réfèrent aux phases de la lune ou à d’autres critère. Pour ma part, c’est le dialogue avec la plante et son esprit qui s’invite et me conseille. Le moment de récolte « idéal » est ainsi clarifié.
  • Déposer les fleurs et feuilles dans un bocal et les recouvrir d’huile bio.
    Le type d’huile peut varier, selon vos besoins et envies. L’huile d’olive bio pressée à froid est une huile qui intègre très bien les principes actifs de la plante et offre une conservation intéressantes. Vous pouvez bien sûr utiliser d’autres huiles, comme l’huile de tournesol, de sésame, d’amande douce et d’autres encore.  Au fil de vos préparations, vous affinerez selon vos goûts.
  • Fermer le bocal et le mettre dans un endroit où il pourra s’alchimiser avec le soleil, la lune, les étoiles, la terre…..
  • Solarisation de 4 semaines
    Durant ces 4 semaines, prenez soin de votre mélange. Il est en train de se créer et de s’imprégner de tout ce qu’il va vivre. Veillez à contrôler l’humidité (en cas de besoin, surtout au début, ouvrir le bocal et laisser respirer). Inviter le mouvement doux et lent en tournant votre mélange avec délicatesse, il ne s’agit pas de shaker, mais plutôt d’inviter une douce danse intérieure.
  • Filtrer et garder à l’abri
    Votre macérât est maintenant prêt à être utilisé. Vous pouvez maintenant vous concocter des mélanges avec d’autres macérâts ou avec divers huiles essentielles selon l’utilisation prévues.

En baume

  • Prenez votre macérât huileux et ajouter y 10 à 12% de cire d’abeille bio (le pourcentage varie en fonction de la dureté de baume dont vous avez envie. Vous pouvez aussi utiliser du beurre de karité ou de la graisse de coco pour remplacer une partie de la cire d’abeille
  • Chauffer au bain-marie jusqu’à ce que la cire soit complètement fondue
  • Retirer du bain marie et ajouter les huiles essentiels que vous aurez choisies selon vos besoins
  • mettre en pot

Remarques : 

L’odeur des huiles essentielles diminue lorsque le baume se solidifie. Quantités à ajuster au fil des préparations

Si votre baume est trop dur, il peut être ramolli en le travaillant à la main ou avec une spatule. 

Il est possible de préparer une base de baume neutre et de prélever ponctuellement la quantité dont vous avez besoin pour préparer un baume spécifique à vos besoin. Cela optimise l’utilisation de votre base de baume.

Précautions d’emploi

Comme pour toutes choses, l’excès supprime tout effet positif. La médecine des plantes est puissante et ce n’est pas la quantité qui importe, bien au contraire.

Toutes les informations contenues dans cet article ne peuvent pas tenir compte de votre état de santé actuel. Il s’agit d’informations découlant de mes expérimentations personnelles au fil des années.

S’initier à la médecine des plantes A découvrir dans le cadre des accompagnements en nature (individuels et en groupe) et à approfondir avec l’acquisition des pratiques de guérison avec l’esprit des plantes fait l’objet d’un stage avancé (détails ici : https://nature-chamanique.com/prestation/la-sagesse-des-arbres-et-des-plantes/)

En cas de traitement médical ou tout état de santé particulier (grossesse, allaitement), il est important de consulter votre spécialiste avant d’utiliser les préparations.

Découvrir le site internet

Leave A Comment

Partager cet article !

nature chamanique

Consultez l’agenda des stages disponibles

Un premier pas vers le changement intérieur

Cycle des saisons, l’HIVER

8 décembre | 19h00 - 20h30

Cycle des saisons, l’HIVER

18 décembre | 14h00 - 17h00

S’initier au chamanisme, module 1 (1/2)

25 mars 2022 | 18h00 - 27 mars 2022 | 18h00